Bienvenue sur mon blog

Judiciaire

————————

Article assise – Tueur pour une rumeur

Tueur pour une rumeur : 13 ans de prison

Accusé d’avoir tué Damien Baldini le 18 Novembre 2006, ce jarnysien de 25 ans, plaidant l’homicide involontaire, comparait depuis 2 jours à la cour d’assise de Meurthe et Moselle.

 NANCY.-  Il est 23 heures sur le parking du plan d’eau de Briey, quand Renaud Pilisi poignarde Damien Baldini, âgé de 19 ans, de deux coups de couteaux. Ce dernier prétendait avoir eu des relations avec sa petite amie, Elodie Bauer, ce que niait l’intéressée. Depuis le début, l’accusé, qui s’est rendu de lui-même à la gendarmerie, plaide l’homicide involontaire. Sa petite amie, quant à elle, est accusée de destruction ou modification de preuves.

 Une mère éplorée

 Une dernière journée de procès très éprouvante lorsque la mère de la victime vient témoigner à la barre : « Damien devait fêter son anniversaire un mois plus tard et nous nous en faisions une joie. Qu’a-t-on eu en cadeau ? Un cercueil » et s’interroge : « Valait-il la peine de supprimer une vie, même pour un mensonge ? » Plusieurs heures plus tard, l’accusé répond à la famille de la victime : «J’ai honte de ce que j’ai fait. Je ne demande pas pardon parce que c’est impardonnable mais j’assumerai ma peine. ». Une déclaration qui laisse place à un silence glacial.

  Complice malgré elle ?

 « Dans cette affaire, on nous dit que Damien Baldini était un bon jeune, que Renaud Pilisi est un bon gars et qu’Elodie Bauer est une bonne gamine mais aujourd’hui, deux de ces bons gamins sont jugés et l’un est décédé » déclare l’avocat de la défense Me Maurel. Mais, dans ce drame qui a couté la vie à Damien Baldini, la place de sa cliente n’est pas sur le banc des accusés. Me Maurel plaide la relaxe. Elodie ne savait pas qu’elle avait un couteau dans ses mains et d’ailleurs, elle a tout de suite dit aux policiers où l’arme se trouvait. D’ailleurs, si Elodie se sent coupable aujourd’hui, ce n’est pas d’avoir jeté ce couteau, mais d’être à l’origine de ce drame. Et cela, elle vivra toujours avec.

 « On l’appelait le chinois… »

 La défense de Renaud Pilisi a toujours été la même : l’homicide involontaire. Pour son avocate, la cour est face à un accusé qui ne ment pas et qui n’a jamais menti. Il s’est de lui-même rendu aux forces de l’ordre le soir du crime. Et, son acte, aussi monstrueux soit-il, a été commis sous la pression. Renaud Pilisi était la cible des autres. « Le chinois, c’est comme ça qu’on l’appelait parce qu’il ressemble à un chinois ». Lorsqu’un des témoins l’a ainsi nommé « tout le monde a ri, tout le monde, sauf mon client ». Pour elle, ce crime n’est rien d’autre qu’un crime passionnel commis dans « un état de paroxysme émotionnel » L’honneur de son amie était en jeu, le sien aussi. Renaud Pilisi a toujours regretté son geste : « Je ne voulais pas ça » a-t-il répété sans cesse lors de sa garde à vue. Il n’y a pas eu de stratagème de la part de l’accusé, sa version des faits n’a pas changé du début à la fin. « Il y a un décalage entre l’homme assis en face de vous et les faits jugés» s’exclame-t-elle avant de plaider la non-accusation de l’homicide volontaire.

 Un geste réfléchi

 Pour la partie civile, aucun doute, l’accusé avait l’intention de tuer. Il avait d’ailleurs dit et répété à Elodie durant le trajet qu’il était prêt à se battre. La représentante du ministère public, Christelle Dumont, semble du même avis. Elle requiert une peine de 15 ans de prison. En effet, Renaud Pilisi ne s’est pas contenté d’un seul coup de couteau, puisque poignardant une seconde fois Damien Baldini dans le dos au moment de sa fuite. Quant à Elodie Bauer, accusée de destruction ou de modification de preuve, l’avocate générale requiert à son encontre une peine de 24 mois de prison avec sursis.

Après plus de 3 heures de délibération, le verdict tombe. Renaud Pilisi est jugé coupable d’homicide volontaire sur la personne de Damien Baldini. Il se voit condamné à une peine de 13 ans de prison. Elodie Bauer quant à elle, est reconnue coupable des faits qui lui sont reprochés. Elle écope de 12 mois de prison avec sursis. La partie civile et les accusés bénéficient de 10 jours pour décider s’ils feront appel de la décision du tribunal.

 L.I

————————

Laisser un commentaire